Colloque Voyage et Formation de soi : propositions attendues jusqu’au 15 janvier

La période de soumission de symposiums et de communications individuelles est prolongée jusqu’au 15 janvier 2017.

Infos et soumissions sur le site du colloque

15, 16, 17 juin 2017
Colloque international

Voyage et formation de soi. Se former à l’épreuve de l’ailleurs et de la rencontre

Université de Rennes 2, campus Villejean.
Colloque co-organisé avec l’université de Tours.
Contact : voyageformation (at) sciencesconf (point) org

Présentation

Le voyage, par les expériences de mobilité et d’immersion dans l’ailleurs qu’il fait vivre, engage le sujet dans des processus de professionnalisation et d’autoformation. Le tour de France des compagnons du devoir en est un exemple. Il initie les jeunes apprentis à des manières de voir inédites et des manières de faire inconnues, ce qui, chemin faisant, transforme leur rapport au monde tout en les inscrivant dans une communauté de métier. Se former par le déplacement, la mobilité et les rencontres est une pratique de tous les âges, qui perdure depuis les débuts de l’humanité. En réinterroger le sens aujourd’hui, à partir des formes contemporaines de voyage, des pratiques pédagogiques intégrant la mobilité, ou des processus de migrations, d’exil ou de globalisation, c’est reconnaître des pratiques souvent anciennes qui, dans le même temps, ne cessent d’évoluer. C’est également en penser les dimensions transformatrices dans le cours de la vie, au travail, dans les cursus d’étude, pour le développement professionnel.

Dans ce contexte, les participants seront invités à éclairer, à travers ce colloque, les quatre grandes dimensions qui relient voyage et formation de soi :
▪ la dimension existentielle, ou comment l’expérience du voyage oriente-t-elle le sens d’une vie, comment participe-t-elle à l’éveil  personnel et à l’émancipation ?
▪ la dimension pédagogique, ou comment les voyages peuvent être pensés au cœur des dispositifs de formation, avec quelle « ingénierie de la formation par le voyage » ?
▪ la dimension de professionnalisation, ou quel serait l’intérêt, pour les différents métiers et secteurs professionnels, de s’emparer de la forme du voyage comme moyen de professionnalisation, dans notre monde « globalisé » ?
▪ la dimension interculturelle, ou comment s’éveiller aux apports des autres cultures pour dénaturaliser son regard, élargir ses points de vue en s’enrichissant d’autres modes de vie, de pensée et d’expression ?

Symposium Freinet, 5-6 décembre, Tours

Symposium organisé par l’AFIRSE, l’ICEM et l’équipe EES.

La coopération comme processus, mais aussi sous l’aspect de formes d’organisation

La dynamique Freinet

Le mouvement Freinet considère comme central le travail fondé sur l’apprentissage coopératif et le tâtonnement expérimental avec un ensemble de techniques et d’outils : le journal rédigé et imprimé par les enfants, le texte libre, la correspondance scolaire, le plan de travail hebdomadaire, les fichiers autocorrectifs, la classe promenade, les exposés fondés sur des enquêtes, le conseil d’élèves, la coopérative scolaire…

Aujourd’hui, les éducateurs (au sein de l’Éducation Nationale ou dans la pédagogie sociale) du Mouvement Freinet utilisent Internet. Cette démarche d’apprentissage à la fois rationnelle et optimiste cherche à dépasser par l’expérience ce que John Dewey appelait les fausses oppositions : entre démocratie et discipline, comportement et savoir, connaissances et réalisations pratiques, activités individuelles et tâches collectives, création artistique et tâtonnement scientifique, jeu et travail, effort et joie.

Les écoles et les classes Freinet forment une réalité complexe et nuancée, à l’histoire tout aussi mouvementée. Les établissements alternatifs et les classes coopératives qui conjuguent réussite des élèves et satisfaction des acteurs (élèves, familles, enseignants) sont ceux où l’on observe une forte cohésion des équipes éducatives, des projets structurés offrant aux élèves des cadres stables, tout en cultivant créativité, réflexivité, souplesse et rigueur, atouts nécessaires, mais qui demandent une auto-formation coopérative qui peut être qualifiée de professionnalisation.

Bulletin d’inscription

Journée d’étude Bouc émissaire, 10 mai, université Lille 3

Journée d’étude
10 mai, 9h-17h
Université Lille 3, Pont de Bois

Affiche_bouc

Comme lors des deux journées précédentes (21 mai 2014, 12 mai 2015), il s’agit cette année de mettre en résonance les apports de la recherche avec les pratiques du monde professionnel, que ces pratiques soient individuelles (la part des individus et de leurs stratégies, usagers, professionnels de terrain, cadres intermédiaires, managers dans le processus de construction du bouc émissaire), collectives (la part des dynamiques de groupe et des appartenances collectives dans la logique d’exclusion) ou institutionnelles (l’impact du cadre et de l’organisation sur le phénomène du bouc émissaire).

C’est en cela que la figure du bouc émissaire – définie par le CERBERES comme « celui qui, au prix de son exclusion, est l’instrument de la réconciliation des membres du groupe »- et que le phénomène proposé comme « processus de réconciliation momentanée collective fondé sur l’exclusion et la substitution » deviennent très pratiques.

Figure du bouc émissaire et processus groupaux d’où elle découle sont pratiques parce qu’ils s’appuient et s’articulent aux résultats de la recherche pour penser, orienter, réorienter… les pratiques. Parce que les recherches présentées lors de cette journée, y compris lorsqu’elles sont spéculatives, ont le sens et le souci des réalités, qu’elles ont le goût de l’action et qu’elles partent ou pressentent les pratiques. Cette journée sera… pratique, entendez utile à tous.

La journée est pensée comme une discussion et un échange, à travers des modalités déjà expérimentées et appréciées (« les work coffee ») et d’autres innovantes (le « reading coffee »). Ainsi, à côté des communications plénières mises en discussion (articulation conceptuelle, méthodologique et études de cas), les « reading et work coffee » de même que « les 7 boucs émissaires du moment » permettront au public et aux conférenciers d’échanger de façon détendue et approfondie sur des problématiques abordées lors des interventions.

Télécharger le programme

Infos sur le site

Colloque "Ethique de l’Accompagnement et Agir Coopératif"

colloque éthique de l'accompagnement et agir coopératif

Tours – 26 au 28 mai 2016

Colloque organisé par l’équipe « Education, Ethique, Santé ».

Toutes les infos sur le site du colloque.

Inscriptions via Sciences Conf.

Téléchargez le Programme prévisionnel au format PDF.

Argumentaire

Depuis 20 ans, le Master IFAC (anciennement DESS FAC, puis Master FAC), « Ingénierie et Fonctions d’Accompagnement en Formations », forme les profesionnels des métiers du conseil et de l’accompagnement, dans les champs de l’apprentissage, de la santé, et du social, de l’insertion et des transitions professionnelles. Le DESS puis le Matser ont accompagné en France l’émergence des dispositifs de reconaissanxe de l’expérience et des nouveaux métiers liés à ces dispositifs.

Cette formation, ainsi que les travaux de recherche auxquels elle s’adosse, offrent depuis 1996 des occasions de partenariat entre le département des sciences de l’éducation et de la formation, l’Université de Tours et les acteurs locaux : la ville de Tours, les collectivités territoriales, les établissements dédiés à la formation, à l’apprentissage et à l’insertion professionnelle. Plus de 400 professionnels, sur le territoire et à l’échelle nationale, sont issus de cette formation.

À l’occasion des 20 ans de cette formation, le colloque « Éthique de l’Accompagnement et Agir Coopératif » nous permet de revenir sur cette expérience, en faisant le bilan et en dégageant des perspectives sur les plans pédagogique, partenarial et scientifique. Il sera un temps fort de rencontre entre les professionnels, les partenaires institutionnels et les chercheurs dans le champ de l’accompagnement, de la formation, de la santé et du conseil.

logoeespng

Les établissements Scolaires Différents…

…Et la Recherche en Education

Ouvrage dirigé par Marie-Anne Hugon et Marie-Laure Viaud
2016, Artois Presses Université

infos et commandes ici

couv_etabliss

Sommaire

Introduction générale
Marie-Anne Hugon et Marie-Laure Viaud

Partie 1 – Conduire des recherches au sein des établissements « différents »… oui mais comment ?

1. Mise en perspective historique

Henri Peyronie – Recherche en éducation et Mouvement de l’École moderne-Pédagogie Freinet : les difficultés propres à la recherche concernant un réseau de militants

Bruno Robbes – Questions épistémologiques, méthodologiques et perspectives possibles de recherches portant sur les pédagogies coopératives et institutionnelles

2. Négocier son entrée sur le terrain

Muriel Epstein – Une enquête de terrain dans des établissements alternatifs: difficultés rencontrées et éléments de solution

Baptiste Besnier – À propos d’une enquête par entretiens auprès d’enseignants innovateurs

Fabienne Serina-Karsky – Monter une formation pour les enseignants des écoles de l’ANEN : la mise en place d’une recherche-action collaborative

3. Du praticien au praticien-chercheur

Marcel et Danielle Thorel, Nicolas Go – Le Laboratoire de Recherche Coopérative de l’lCEM : des acteurs de terrain expérimentés deviennent chercheurs

Olivier Francomme – Les « chercheurs collectifs coopératifs»

Floriane Buvat et Christiane Montandon – Regards croisés sur la « différence » de l’établissement scolaire public Décroly. Confrontation entre les discours issus de différents lieux d’énonciation

Valérie Melin – Construire une position de chercheur lorsqu’on est un prati cien engagé dans une structure expérimentale de raccrochage scolaire

Sébastien Pesce – Le geste éducatif comme « trace de sémiose » : un outil au service de la transposition des pratiques innovantes

Partie II – La question de l’évaluation

1. Enjeux et usages sociaux de l’évaluation … que serait une évaluation alternative des écoles différentes ?

Jean-François Nordmann – À École alternative, stratégie d’évaluation alternative

2. Approches qualitatives

Isabelle Pawlotsky – Le choix du récit de vie comme outil d’évaluation : le devenir des anciens élèves d’une école nouvelle

Pierric Bergeron – La parole des anciens élèves comme élément de l’évaluation d’une structure scolaire différente: l’exemple du lycée pilote innovant international de Jaunay Clan

Céline Leroux et David Leyle – Les parcours d’engagements volontaires d’élèves du lycée de la solidarité internationale

3. Approches quantitatives

Olivier Haeri et Éric de Saint-Denis – Évaluer le raccrochage scolaire à partir d’ indicateurs quantitatifs

Olivier Brito – L’influence de la pédagogie nouvelle à l’école primaire sur l’expression des habilités sociales, relationnelles et scolaires au secondaire : une étude comparative

Conclusion et ouvertures
Marie-Anne Hugon et Marie-Laure Viaud